7.2 Les sports

7.2.1 Les sports extrêmes

L’activité sportive joue un rôle essentiel dans la vie de chacun et même dans le cadre du Baccalauréat International le sport est considéré une composante fondamentale dans le développement des attributs du profil de l’apprenant. Or les sports extrêmes attirent de plus en plus d’individus, car le mode de vie rapide de notre société et les réactions physiques qui découlent des sports extrêmes donnent envie aux gens de vivre des sensations fortes et ils se sentent ainsi plus jeunes, voire immortels. « Alors, les blessés arrivent aux urgences par vagues, comme à la guerre » mais « à vouloir supprimer tous les risques, c’est la vie elle-même qu’on réduit à rien » disait Norbert Ben Saïd, médecin et psychanalyste français.

Image 7.2.1b

Pour réfléchir…

Quel type de sportif êtes-vous ? Aimez-vous les risques? Que signifie pour vous prendre des risques ? Mais pourquoi les gens sont-ils attirés par des sports dangereux qui mettent leur vie en péril? Serait-ce relié au mode de vie de la société d’aujourd’hui ou aux réactions qui se produisent dans l’organisme ? Voyons voir…

Utilisez le lien ci-contre pour répondre d’abord à la question :

Suis-Je un sportif assidu ou du dimanche ?

Prenez une prise d’écran de vos résultats et mettez-les en commun. Parmi les sports proposés dans l’image 7.2.1b, lesquels pratiqueriez-vous ? Planche à voile, planche à neige, plongée sous-marine, apnée en eaux profondes, chute libre, deltaplane, ski alpinisme... ?
Pourquoi ? Qu’est-ce que la peur pour vous ? Quelle est la différence entre la peur et une phobie ?

Lisez le texte en accordéon.

Le saviez-vous ?

Ensuite, les sensations fortes ont la cote actuellement, car elles déclenchent des réactions dans l’organisme. En effet, la monoamine oxydase (MAO), une enzyme cervicale, entre dans la production de sérotonine permettant aux humains de penser avant d’agir. Un faible niveau de MAO apporte « des comportements impulsifs, voire agressifs» (Le grand frisson p.52) et une recherche d’émotions fortes s’en résulte. Pour ces individus, une déstabilisation psychologique se produit si leur goût de sensations fortes n’est pas comblé régulièrement. Une autre réaction physique qui entraine les gens vers les sports dangereux semble être le facteur génétique. On a découvert que le récepteur de dopamine D4, le neurotransmetteur du plaisir, est commun à plusieurs adeptes de sports à risques. Ce neurotransmetteur semble avoir un impact sur la gestion du plaisir des passionnés de l’extrême. Donc, les gens sont avides de sensations fortes, car elles leur procurent un bienfait psychologique grâce aux réactions anatomiques qu’elles déclenchent.
Les passionnés de psychologie voudront lire l’article pour spécialistes en accordéon :

Pour approfondir : Extrême : que cache le goût du risque ?

Frissons garantis
Nous sommes ankylosés, privés d’espace, on ne vit plus ou peu de situations dangereuses, on manque de stimuli déclencheurs ", se plaint George Beuret, l’expert français du " base jump ", le dernier né des sports extrêmes. La technique en est simple : il suffit de se jeter d’une falaise les bras en croix et d’ouvrir son parachute… juste avant l’arrivée. Frissons garantis. Accidents fréquents.

Dans cette marge de plus en plus étroite entre la vie et la mort, il ne se passe plus une semaine sans qu’un nouvel exploit ne soit tenté. A la rame, en ballon, en crampons. Hommes et femmes, en toute parité, affrontent les éléments et prennent des risques inouïs. Conquérants de l’inutile ou explorateurs des limites humaines ? Masochisme ou quête d’identité ? Que cherchent à se prouver – et à nous prouver – ces danseurs au bord du vide, dans une société qui ne cesse de valoriser la sécurité ?

Conquérir la mère… et le monde entier
Pour partir à la découverte de son univers, le petit enfant commence par escalader son lit à barreaux. La peur, il la rencontre vite, soldée par un genou couronné ou une bosse au front. Mais rien n’arrête son besoin d’acquérir des connaissances, de surmonter ses craintes et d’accroître ainsi sa confiance en lui. Infantile, le risque-tout adulte ? " A travers la quête des limites, l’individu cherche ses marques, teste ce qu’il est, apprend à se connaître, à se différencier des autres, à redonner une valeur à son existence", analyse le sociologue David le Breton. "Le plaisir, c’était d’accomplir quelque chose qui, la première fois que j’y ai pensé, m’apparaissait au-dessus de mes moyens", confirme Gérard d’Aboville, qui a traversé le Pacifique à la rame en 134 jours, en 1991.

Aller le plus vite, le plus loin, le plus haut ; être l’oiseau, le poisson, la vague… "Tel l’enfant en plein complexe d’œdipe, ils n’ont pas renoncé à conquérir leur mère et, par là même, le monde", assure Marc Mouly, psychanalyste et spécialiste des conditions extrêmes. Pour Michael Balint, autre thérapeute, la prise de risque est une réaction individuelle à l’expérience traumatisante de la naissance. Une stratégie d’évitement qui consiste "à devancer la mort et, en la bravant, à s’en mettre paradoxalement à l’abri". Quand on demande à d’Aboville pourquoi ce besoin de s’exposer à tant de dangers, le rameur solitaire répond : "Pour rien. Cela semble stupide, mais mourir d’un cancer n’est pas très intelligent non plus. Dans le premier cas, on est allé vers la mort, pas dans le second. Mais être vivant, c’est de toute façon aller à sa rencontre."

Le psychanalyste autrichien Heinz Kohut avance une autre explication : extirpé du ventre douillet de sa mère, le futur casse-cou développe, pour surmonter ses sentiments d’abandon et d’impuissance, un ego surdimensionné qui le pousse à confirmer sans cesse qu’il est un être exceptionnel et merveilleux. " T’es pas cap’!" est son sésame. Au risque de se perdre comme au prix d’insupportables souffrances. " C’est de l’ordre de la réassurance narcissique, explique encore Marc Mouly. Une façon d’exprimer corporellement un manque d’amour issu de l’enfance, une blessure dans le sentiment de sa valeur personnelle. Il cherche à plaire à tout prix pour combler le vide qui l’habite."

Un rebelle qui a besoin d’air
Sous la cloche protectrice qu’offrent nos pays riches, l’aventurier étouffe. Il a peur de s’encroûter. " L’empâtement mental s’attrape comme le foie gras, par gavages quotidiens, grogne Jean-Louis Etienne. Les peurs sociales dont on nous abreuve concourent au nombrilisme involutif : placements sûrs, retraites, sécurité, carrières, assurance vie, etc. Ces inventions de l’homme moderne pour libérer l’esprit et offrir davantage d’insouciance, deviennent des amarres de plomb lorsque l’existence entière s’organise autour de la peur de les perdre. "Rester vivant et revendiquer sa différence, tel est son credo." J’ai toujours voulu vivre des choses différentes des autres, explique Christine Janin, première Française sur l’Everest, première femme à atteindre le pôle Nord à skis. J’aimais sortir du lot, me faire remarquer… Et j’avais la force nécessaire pour pouvoir le faire. " Christine est médecin, comme Jean-Louis Etienne ; Peggy Bouchet (qui a traversé l’Atlantique à la rame), Isabelle Autissier (première femme à avoir accompli le tour du monde à la voile en solitaire en 1990) sont ingénieurs ; les autres, journalistes, professeurs, skippers professionnels… Des individus socialement ancrés, mais vite gagnés par l’ennui quand ils ne sont plus en contact avec la violence de leurs instincts primitifs.

Danièle Luc « Extrême : que cache le goût du risque ? »http://www.psychologies.com/Bien-etre/Forme/Sports/Articles-et-Dossiers/Extreme-que-cache-le-gout-du-risque, 2016

Vers l’oral interactif...

Après avoir visionné l’extrait vidéo, prenez vision des adjectifs, noms, verbes et expressions proposés en accordéon et choisissez ceux qui mieux décrivent votre réaction émotionnelle. Mettez en commun après avoir préparé un bref exposé sur votre réaction.

Les mots de l’adrenaline

Le champ lexical de la peur

ADJECTIFS
Ce qui fait peur La personne qui a peur
angoissant
inquiétant
effrayant
redoutable
menaçant
effroyable
terrible

terrifiant
terrorisant
épouvantable
horrible
horrifiant
paniquant
affolant
angoissé
inquiet
effrayé
effarouché
apeuré
craintif

terrorisé
terrifié
épouvanté
horrifié
paniqué
affolé
NOMS LES PHOBIES LES VERBES
une angoisse
une anxiété
une appréhension
une crainte
une inquiétude

le trac
la peur = la frayeur
un saisissement

un effroi
une terreur
une épouvante
une horreur
une panique
un affolement
(s’)angoisser
appréhender
(s’)inquiéter
(s’)effrayer
(s’)apeurer
(s’) effaroucher
craindre
redouter
avoir peur
être saisi
saisir d'effroi
terroriser
terrifier
épouvanter
horrifier
paniquer
(s’)affoler
LES MANIFESTATIONS PHYSIQUES DE LA PEUR
  • Avoir froid dans le dos, se sentir glacé
  • « mon sang ne fit qu’un tour », sentir son sang se glacer dans ses veines
  • Suer ou transpirer de peur, avoir le front trempé de sueur, avoir des sueurs froides
  • Trembler, tressaillir, frissonner de peur, éprouver un frisson d’angoisse
  • Sursauter
  • S’affoler, s’alarmer, être en alerte
  • Sentir son cœur battre, avoir le cœur qui s’emballe, avoir le cœur qui bat la chamade
  • Etre paralysé ou figé sur place, pétrifié de peur, par la peur, être frappé d’horreur
  • Claquer des dents
  • Avoir les mains crispées
  • Avoir la chair de poule
  • Sentir ses cheveux se dresser sur sa tête, les poils se hérisser
  • Flageoler,
  • Sentir ses jambes se dérober sous soi,
  • S’évanouir, défaillir de peur, se sentir défaillir
  • Blêmir, devenir livide, être blême, blanc de peur

Vers l’oral individuel

Choisissez l’un des stimuli visuels ci-contre. Préparez-vous pendant 15 minutes et exposez devant la classe. Avant de décrire l’image dans ses détails, précisez le type de sport dont il est question dans l’image :

  • ski
  • parachutisme
  • bunjee
  • ...

Attention ! La liste ci-dessus n’est pas complète : certains sports illustrés ne sont pas mentionnés. Faites une recherche sur l’internet pour découvrir leur appellatif en français.

Production écrite

1. Vous aimeriez que votre école offre un programme de voyage CAS qui puissent aider les candidats à choisir des activités sportives hors de l’ordinaire pour atteindre l’objectif CAS #2 (pour en savoir plus consulter la page 0.2.3. Vous écrivez alors à votre proviseur afin de lui suggérer de prendre en considération cette proposition en lui montrant d’avoir bien évalué les risques et les avantages de ce plan. Vous proposerez aussi un nom pour le programme de voyage CAS.
Comment écrire une lettre formelle? Consultez la page 14.1.2 pour les stratégies d’écriturede la lettre formelle..

Section B niveau supérieur

« Le sport est l’art par lequel l’Homme se libère de soi-même » Discutez cette citation célèbre de Jean Giraudoux. Écrivez entre 150 et 200 mots.

La comparaison

la similitude la différence
  • (tout) aussi
  • aussi bien que
  • exactement comme
  • de même que
  • égale
  • égaler
  • équivalent
  • identique
  • ressemblant
  • ressembler
  • pareil à
  • semblable à
  • similaire
  • à l’endroit
  • au contraire de
  • davantage
  • autre
  • autrement
  •  contraster
  • dépasser
  • inégal
  • inférieur
  • supérieur
  • surpasser
  • incomparable
  • différent
  • se différencier
  • dissemblable

Texte 1 – Le Sport, bien être et qualité de vie

Le Sport, bien être et qualité de vie
Pierrick Hordé, 2016

Une activité physique régulière contribue au bien être d'un individu.
Le sport détend et provoque une coupure avec son activité quotidienne.
Il permet d'aborder les problèmes rencontrés dans son quotidien de manière plus sereine.
Il redonne confiance en soi et permet de mieux connaitre son corps et d'en être plus à l'écoute.

Le bien être

L'activité physique agit sur ce qui est appelé le bien-être, résultant de quatre éléments :
Bien-être émotionnel (anxiété, stress, fatigue, état et trait de dépression, énergie, vigueur...)
Perception de soi (estime de soi, compétences, image du corps...)
Bien-être physique (état de santé, douleur...)
Bien-être perçu (qualité de vie, sens à sa vie)

Amélioration de l'estime de soi

On note une amélioration sensible de l'estime de soi chez les sujets entre 55 et 75 ans, et un meilleur bien-être général chez les adolescents en plein bouleversement pubertaire.

Amélioration de la qualité de vie
La notion de qualité de vie est définie par l'OMS comme « la perception qu'un individu a de sa place dans la vie, dans le contexte de la culture et du système de valeurs dans lequel il vit, en relation avec ses objectifs, ses attentes, ses normes et ses inquiétudes ». La qualité de vie - « satisfaction du sujet par rapport à sa vie quotidienne » (Inserm)- est également significativement améliorée, comme l'a montré une étude, pour les sujets de 18 à 64 ans.

Le sommeil
Le sport contribue à une bonne qualité du sommeil et à lutter contre l'insomnie.

Pierrick Hordé http://sante-medecine.journaldesfemmes.com/contents/446-sport-bien-etre-et-meilleure-qualite-de-vie

 

Texte 2 – Wingsuit : mode d’emploi d’un sport extrême

Wingsuit : mode d’emploi d’un sport extrême
par Vincent Ménard, 2016

La vallée de Chamonix est la capitale mondiale de l’alpinisme, le berceau des Jeux olympiques d’hiver et la nouvelle Mecque des sports extrêmes comme le wingsuit.
Le principe : se lancer du sommet d’une montagne avec une combinaison en forme d’aile pour voler tel un oiseau avant d’ouvrir son parachute pour atterrir.
La discipline n’est pas accessible au premier venu…
Matt Gerdes compte plus de 1200 sauts à son palmarès et conçoit des ailes pour la pratique du wingsuit : “Les gens n’arrivent pas tout d’un coup au bord d’une falaise pour sauter. C’est tout un processus. Il y a des années d’entraînement pour se familiariser avec la chute libre, apprendre le parachutisme, savoir comment se mouvoir dans les airs et assimiler toutes ces compétences. Cela demande beaucoup de temps et de détermination.”

Beaucoup de maîtrise aussi pour gérer sa trajectoire avec en moyenne un mètre d’altitude en moins pour trois mètres parcourus.
Les meilleurs s’amusent à frôler le sol, mais le jeu peut s’avérer dangereux; depuis 1981, on dénombre 276 accidents mortels.

Le docteur Bruno Durrer exerce depuis 25 ans dans les Alpes bernoises : “D’après mon expérience, c’est surtout la malchance qui explique les accidents, comme il y en a d’ailleurs dans d’autres sports de plein air, dans l’alpinisme par exemple. Bien sûr, nous voyons des accros d’adrénaline qui repoussent vraiment trop loin les limites et qui ont des accidents, mais notre travail n’est pas de juger”.
A Chamonix, les deux spots les plus réputés pour la pratique du wingsuit sont l’Aiguille du Midi et le Brévent situé juste en face du Mont-Blanc.

Vincent Ménard,.euronews.com/2016/01/02/wingsuit-mode-d-emploi-d-un-sport-extreme/

7.2.1a

Image 7.2.1a – La nouvelle tendance : le sport extrême urbain

Textes et fiches à télécharger

Texte 1
Texte 2
Fiche texte 1 Word | PDF
Fiche texte 2 Word | PDF

Lexique thématique

  • adrénaline
  • sport
  • extrême
  • chute libre
  • parachute
  • bungee
  • apnée
  • planche à voile
  • wingsuit (fem.)
  • ski alpinisme
  • deltaplane
  • surf
  • engouement
  • goût du risque
  • danger
  • danger pressant
  • sensations fortes
  • frisson
  • affolement

7.2.1p

Image 7.2.1p

Profil de l’apprenant

Audacieux, équilibré et réfléchi : L’apprenant développe relève le défi tout en étant conscient et ayant bien évalué les risques associés à ses actions.
Dans le cas spécifique il aura appris ce qui cache la recherche des sensations fortes et les risques qu’y sont associés. Il aura bien réfléchi à sa réaction face au danger pressant ou face aux émotions fortes. Il aura mieux compris les réactions anatomiques à la base du goût de l’extrême.

7.2.1q

Image 7.2.1q – Exemple de programme de voyage jeune multisports

CAS

Dans le cadre de votre projet CAS vous formez un comité organisateur de 3 à 4 élèves (objectif CAS # 6) et planifiez (objectif CAS #3) un voyage CAS multisports. Il faudra préparer des prospectus, des plans, prévoir des excursions et des balades, organiser les transferts et les déplacements...
Enfin vous allez :

  • déterminer un programme de voyage
  • établir un budget global et sa répartition (les transports, l’hébergement, la restauration, les activités, les dépenses courantes...)
  • soumettre votre proposition à votre conseiller CAS

7.2.1s

Image 7.2.1s

Texte et contexte

Des expressions utiles à retenir :

  • à bout de souffle
  • avoir le cœur qui bat la chamade
  • être pétrifié(e)