9.3 Épreuve 1 exemple NS

9.3.1 Épreuve 1 NS exemple 1

En vue de l’examen, Il pourrait être utile de lire les textes contenus dans le livret de textes, répondre aux exercices de lecture interactive contenus dans le livret de questions et réponses de l’exemple 1 NS. L’exemple  ci-contre est accompagné de corrigé et barèmes de notations qui aident à comprendre les notes attribuées dans l’évaluation de l’épreuve 1. Le livret de texte et les barèmes sont téléchargeables dans la section [insert link] Guide pédagogique 9 dont l’accès est réservé aux enseignants.

Texte A – Épreuve 1 NS

Charte des relations internationales de Sénart

Penser coopération et réciprocité
La coopération décentralisée pose, dans sa définition même, la condition de la réciprocité, d’un travail en commun (co-opérer), basé sur l’égalité entre les partenaires. Pour être réciproque et égalitaire, la coopération décentralisée de Sénart doit mieux prendre en compte l’identité culturelle singulière des territoires partenaires et en dégager toutes les différences et les richesses, pour l’amélioration du bien-être des populations, ici et là-bas.

Identifier et réaliser avec nos partenaires des actions là-bas et ici.
Pensons, dès le départ, le partenariat comme une réelle coopé- ration, basée sur l’égalité des partenaires. Le projet et l'action doivent être envisagés ensemble pour un impact à Sénart et dans la ou les communes jumelles.

Oser nos demandes pour une action sur notre territoire. Sénart s’est engagé dans la coopération par l’action humanitaire, à l’origine, sans réelle contrepartie de la part de ses partenaires. Equilibrer le partenariat, c’est attendre et penser un retour de la part de nos partenaires pour un impact à Sénart.

Laisser une place pour que nos partenaires soient experts. Cette démarche est particulièrement nécessaire pour les coopérations entre pays de l’Union européenne (ou ceux en voie d’adhésion) pour lesquels les programmes de financement actuels demandent une expertise croisée. Concernant les autres coopé- rations, notamment avec l’Afrique, la différence culturelle permet d’avoir un éclairage particulier sur notre propre développement.

Réciprocité, équité, solidarité, durabilité! Comment Sénart peut-elle être solidaire avec le reste du monde ? Sénart s’implique déjà directement, car elle a une action internationale, elle mobilise des moyens financiers et humains et de ce fait participe au développement des territoires de ses villes jumelles et parfois même au delà. C’est pourquoi une réflexion poussée sur la nature et la qualité de notre participation est primordiale. Sénart agit également indirectement, par l’achat de matières premières ou de services provenant de l’étranger. Veiller à la qualité sociale et environnementale des prestations et des services que nous mobilisons pour le développement de la ville nouvelle est une action concrète de solidarité. 

"Charte Des Relations Internationales De Sénart." Sénart.com. Accessed February 19, 2016. http://www.senart.com/fileadmin/SENART/MEDIA/europe_international/relations_internationales/charte.pdf.

Texte B – Épreuve 1 NS

Anti-gaspillage alimentaire : zoom sur des initiatives intelligentes
À l'unanimité, l'Assemblée nationale a voté jeudi soir des mesures contre le gaspillage alimentaire de la grande distribution. Certains Français n'ont pas attendu que les députés se décident.

Si les grandes surfaces sont de grandes championnes du gaspillage, il en va souvent de  même à la maison. Le gaspillage alimentaire représente 20 à 30 kilos de produits jetés par an et par foyer. Denombreuses actions de sensibilisation et de communication sont menées aujourd'hui dans le monde.

Parmi elles, des opérations comme celle des «Gueules cassées», sur une idée de producteurs de fruits et légumes, des cantines de mieux en mieux gérées, une multiplication des «doggy bags» dans les restaurants ou encore des frigos en libre-service à Berlin. Tour d'horizon de ces initiatives parfois étonnantes mais très utiles.

[…]

Ainsi, les producteurs français ont lancé le label des «Gueules cassées» pour promouvoir leurs pommes de terre aux formes biscornues, leurs carottes à deux jambes, leurs tomates dissymétriques et autres fruits et légumes à la forme altérée, qui n'arrivent jamais sur nos étals, mais sont pourtant parfaitement consommables. Avec une campagne de communication ludique et innovante, des spots TV qui font sourire et attirent l'attention des ménages, l'opération encourage à acheter ces fruits et légumes moches,vendus à prix discount. 300 points de vente partenaires soutiennent les «moins jolis et pourtant exquis». L'opération a depuis été adoptée par les magasins Leclerc, Auchan et Monoprix.

Des cantines « Zéro Gaspi »
On a [X] les « yeux plus gros que le ventre ». Mille et un repas, l'entreprise de restauration scolaire, l'a [-14-] compris et a [-15-] fait la promotion d'une nouvelle organisation des repas limitant le gaspillage alimentaire souvent engendré par l'[-16-] de choix et les quantités copieuses proposées dans les selfs scolaires. 

Le principe ? L'élève se sert [-17-] une entrée, à volonté, puis revient se servir un plat chaud, dont l'accompagnement est aussi à volonté. L'intérêt de ce système est évident : non seulement chacun mange à sa faim, mais en   plus le plat reste toujours chaud.[-18-], les jeunes participants s'engagent à ne rien laisser dans leurs assiettes. 
Avec cette initiative, les restes ont pu passer de 167 grammes par repas (la moyenne nationale) à moins de 10 grammes. C'est toujours ça de gagné.

Thiabaux, Anaïs. "Anti-gaspillage Alimentaire : Zoom Sur Des Initiatives Intelligentes."             Leparisien.fr. Accessed February 20, 2016. http://www.leparisien.fr/environnement/alimentation/anti-gaspillage-alimentaire-zoom-sur-       des-initiatives-intelligentes-22-05-2015-4793087.php. 

Texte C – Épreuve 1 NS

Droit à l’oubli numérique : premier bilan et polémique

Google vient de révéler ses premiers chiffres : 70.000 demandes de retrait    de liens en un mois, concernant des internautes européens, dont avant tout des Français. C'est la conséquence d’un arrêt de la Cour de  justice de l'Union européenne qui voulait toutefois aussi préserver le droit à l’information. Or, des médias viennent déjà de voir leurs articles être ainsi déréférencés du moteur de recherche.

Le formulaire mis à disposition des internautes par le géant américain n'est donc pas resté lettre morte. Alors que Microsoft finalise le sien puisque tous les moteurs de recherche dans leurs versions européennes sont concernés.

Google en revanche n'a pas détaillé le nombre de déréférencements déjà réalisés, ni à quels motifs. La Cour européenne en avait établi trois à la condition d'une demande argumentée : dès lors qu'existe une donnée obsolète, non pertinente ou inappropriée.

Le droit à l'information commencerait-il à s'effacer devant celui à l'oubli ? En attendant davantage de précisions et comme prévu par certains, la polémique s'amplifie autour du sort des médias d'information. Reporters sans Frontières a d'ailleurs intitulé son communiqué de ce vendredi "L'engrenage infernal du droit à l'oubli". Le secrétaire général de RSF, Christophe Deloire, y affirme que "Ces décisions auront sans conteste une influence sur l’accès aux   informations d’actualité et sur la vision du monde des utilisateurs des moteurs de recherche. Sont-elles prises par des journalistes, conformément aux principes d’honnêteté prévus dans les chartes d’éthique ? Sont-elles prises par des magistrats, avec des garanties d’indépendance ? Pas du tout. C’est grave. ” Et d'appeler les moteurs de recherche "à la mise en place d’un processus indépendant, transparent et conforme aux standards internationaux sur la liberté d’expression" et "à la production d’un rapport qui détaillera les déréférencements effectués"

"Droit à l'oubli numérique : Premier Bilan et Polémique." France Culture. July 04, 2014. Accessed February 20, 2016. http://www.franceculture.fr/numerique/droit-loubli-numerique-premier-bilan-et-polemique.

Texte D – Épreuve 1 NS

— Akira, tu parles un français !... Excuse-moi, je suis obligé de le dire... Je perçois, de temps àautre, une pointe d’accent méridional, c’est tout.Je te dirai d’ailleurs que c’est très agréable. Comment se fait-il que tu n’aies pas d’accent comme les autres ?— Oui, j’ai vécu un peu plus de deux ans à Montpellier. C’est là que j’ai dû l’attraper. Le japonais n’est pas une langue que j’ai choisie. Le français, si. Heureusement on peut choisir sa langue ou ses langues. Le français est la langue dans laquelle j’ai décidé, un jour, de me plonger.
J’ai adhéré à cette langue et elle m’a adopté... C’est une question d’amour. Je l’aime et elle m’aime...si j’ose dire…
On me l’a dit, en effet, et combien de fois :« C’est troublant que tu parles comme ça sans accent... » Combien de fois ! On m’a souvent pris aussi pour un Vietnamien né en France ou un Chinois issu de l’immigration, grandi en France.
Chaque fois, j’ai dû expliquer et préciser :— Non, je suis un pur produit japonais...
Un jour, mon père m’a montré un petit arbre généalogique qui remontait au moins à quatre ou cinq générations. Pas un seul étranger apparemment.
Personne qui soit venu d’ailleurs. J’ai commencé à apprendre le français à l’âge de dix-neuf ans, à l’université. Le français, c’était purement et simplement une langue étrangère, totalement étrangère au départ.
Ma vie se divise en deux portions de durée inégale : mes dix-huit premières années monolinguistiques, même si j’ai appris l’anglais au collège et au lycée (l’anglais chez moi a toujours gardé le statut de langue étrangère, c’est- à-dire extérieure à moi) ; la suite de mon existence, de la dix-neuvième année à aujourd’hui, placée sous la double appartenance au japonais et au français. L’un a surgi en moi ; il s’est ensemencé au fond de moi ; d’une certaine manière, il était toujours déjà là ; il est, si j’ose dire, de constitution verticale.
L’autre, c’est la langue vers laquelle j’ai cheminé avec patience et impatience tout à la fois ; je me suis déplacé vers elle ; c’est celle que je suis allé recueillir   tandis qu’elle m’a accueilli en elle ; elle m’est venue de loin, avec un retard considérable de dix-huit ans. Elle est de nature horizontale, d’une étendue immense qui conserve toujours des recoins inexplorés, des vides à remplir, des espaces à conquérir. Je pourrais maintenir mes interlocuteurs français un certain temps dans l’illusion de se trouver face à un francophone natif… Mais assez vite ils s’apercevraient que je ne suis pas de leur pays.

                                    Mizubayashi, Akira. Une Langue Venue D'ailleurs. S.l.: Gallimard, 2013.

Texte E – Épreuve 1 NS

Comment les faire raccrocher?
De l’avis de tous, le décrochage scolaire n’est pas une fatalité. Plusieurs dispositifs existent en effet pour réintégrer les élèves déscolarisés : établissements de réinsertion scolaire (ERS), lycées dits alternatifs, tels les micro-lycées, lycées autogérés ou collèges expérimentaux, classes relais...

« Les jeunes dont je m’occupe sont parfois restés six mois ou un an à ne rien faire, sans contrainte de temps, explique Philippe Goémé, responsable du PIL (Pôle Innovant Lycéen). Il faut d’abord rétablir un cadre clair, avec des horaires à respecter. Ensuite, nous mettons en place un système de tutorat jeune/adulte avec des rendez-vous hebdomadaires et un bilan toutes les six semaines dans lesquels le projet personnel de l’élève est central. Nous considérons les parents comme de vrais partenaires. C’est important de leur redonner une place et un rôle, pour qu’ils ne soient pas convoqués seulement en cas de problème. L’élève, lui, refait partie d’un collectif et participe au « conseil de progrès » qui remplace le traditionnel conseil de classe. » Résultat des courses : en huit ans d’existence, 50% des élèves passés par cette structure ont obtenu un diplôme dans les années suivantes.

Ces initiatives pédagogiques pourraient inspirer les établissements classiques selon Marie-Anne Hugon, professeur en sciences de l’éducation à l’Université Paris X-Nanterre : « Les conduites de décrochage scolaire interpellent directement le fonctionnement de la classe. Notre système actuel manque de souplesse et de bienveillance envers les élèves, notamment à cause de la notation permanente. En cas de décrochage, il faut proposer un enseignement ambitieux à cette population d’élèves, avec par exemple un décloisonnement des matières, pour les faire revenir dans une dynamique d’apprentissage. Un climat de classe positif et chaleureux est associé à des attitudes plus positives face à soi et face à l’école, à un plus grand sentiment de sécurité, à moins d’absentéisme et d’indiscipline. »

Ainsi, Robin, dix-huit ans, a repris le chemin des cours après une année dans une structure alternative. « Mon fils a rencontré de grosses difficultés d’apprentissage dès le CP à cause d’une légère dyslexie, raconte Bénédicte. Sa scolarité a toujours été très laborieuse, les cours le rebutaient beaucoup. Il a redoublé deux fois et s’est retrouvé sans établissement à la fin du collège. Son année au « lycée intégral » a vraiment été une année de réconciliation avec l’école. Au bout de quelques semaines, il a confié à son père qu’il n’allait plus en cours en ayant mal au ventre, mais en sifflotant, plus léger. Il a repris confiance en lui, s’est senti valorisé et respecté en tant que personne car il n’était pas jugé par le filtre des notes. Après cette année de transition, il a choisi de lui-même d’intégrer une seconde générale dans un micro lycée. De notre côté, nous avons appris à plus lâcher prise. »

"Le Décrochage Scolaire N'est Pas Une Fatalité : Comment Enrayer Le Décrochage." Le   Décrochage Scolaire N'est Pas Une Fatalité : Comment Enrayer Le Décrochage. September 11, 2012. Accessed February 20, 2016.             http://www.psychologies.com/Famille/Education/Scolarite/Articles-et-Dossiers/Le-decrochage-  scolaire-n-est-pas-une-fatalite/1Comment-enrayer-le-decrochage.

Stratégies

La variété des textes issus de la presse francophone  ainsi que les différentes activités de compréhension proposées dans ce site vous permettront de vous préparer efficacement à cette épreuve. De plus vous avez accès pour chaque thématique à au moins un texte littéraire avec sa fiche de lecture interactive.

En effet il est nécessaire de s’entraîner à ce type de lecture car il faudra être rapide. Vous ne disposerez que de 1heure 30 minutes pour compléter 5 textes!

Entraînez-vous selon ce principe :

  • ne vous arrêtez pas à une première lecture du texte!
  • À la deuxième lecture relevez les points d’informations précis et significatifs que vous avez identifié après avoir lu attentivement le livret de questions.
  • Dans les questions VRAI/FAUX, pour la justification répondez en utilisant les mots du texte!
  • Pour le texte littéraire notez les mots qui donnent une connotation ou qui décrivent un état d’âme ou un état d’esprit
  • Ne vous découragez pas si vous rencontrez des mots que vous ne comprenez pas. Essayez d’en saisir la signification par le contexte.

Point Grammaire

Pour comprendre dans les exercices proposés de lecture interactive à qui ou à quoi se réfère tel pronom, il faut d’abord en comprendre la valeur. Révisez les pronoms personnels et leur place dans la phrase.

Les pronoms personnels et leur place

Pronom disjoint Pronom sujet Pronom réflechi Pronom COD Pronom COI

Moi

Toi

Lui

Elle

Soi/nous 

Je

Tu

Il

Elle

On 

Me

Te

Se

Se

Se

Me

Te

Le

La

Me

Te 

Lui

Lui

Nous

Vous

Eux

elles

Nous 

Vous 

Ils 

elles

Nous

Vous

Se

Se

Nous 

Vous

Les

Les

Nous

Vous

Leur

Leur

Pronom à + COI

Pronom de+ COI

Y En

Exemple :
J’emmène votre groupe à la piscine-------
Je vous y emmène

Exemple :
Je n’ai pas demandé des renseignements-----------
Je n’en ai pas demandé

Notez que Y se réfère à un lieu ou répond à la question
À QUI ? À QUOI ?
EN se réfère à quelque chose dont on parle et répond à la question DE QUI ? DE QUOI ?

Les autres pronoms personnels se placent toujours entre le sujet/pronom personnel sujet et le verbe.
Attention aux temps composés ! 

Exemple : J’ai demandé à Paul la raison de son choix.

            Je lui en ai demandé la raison.

Soit :

Pronom

COI /COD

COD

COD/COI

de+COI

Verbe (pas)

sujet/sujet

me
te
nous
vous
se

le
la
les

lui
leur
y

en

Auxiliaire+
participe passé (pas)

9.3.1a

Image 9.3.1a – Exemple de cognate en français et anglais

Mots clés

  • 1heure 30
  • 5 textes
  • 1 texte littéraire
  • Exercices de compréhension
  • Vrai/faux justification
  • QCM
  • Question réponse ouverte
  • Repérage d’expression ou mots
  • Déduction sur des concepts ou idées
  • Repérage des synonymes
  • Repérage des antonymes
  • Identification de structures grammaticales