Racisme

"Moins le blanc est intelligent, plus le noir lui paraît bête."
André Gide - Voyage au Congo, 1926


Définition du terme "Racisme" - Siteweb La Toupie

Etymologie : de l'italien razza, sorte, famille, souche, venant du latin ratio, ordre, catégorie, espèce, partie.

Le racisme est un système de théories et de croyances individuelles ou collectives selon lesquelles il existe des "races" dans l'espèce humaine et une hiérarchie entre elles. Les individus sont réduits à un ensemble de critères identitaires considérés comme spécifiques et sur lesquels il est porté des jugements de valeur : inférieurs, nuisibles...

Ces théories servent alors à légitimer des doctrines politiques racistes qui recherchent la domination d'une "race", considérée comme pure et supérieure, sur les autres. Des droits, reconnus à certains, sont contestés à d'autres. Au-delà du sentiment d'hostilité envers un groupe racial, le racisme sert à justifier des entreprises de marginalisation (ghettos), de ségrégation, d' exclusion, d'anéantissement , de génocide.

Depuis l'Antiquité, le racisme s'est manifesté de différentes manières :
  • Esclavage,
  • Colonialisme,
  • Antisémitisme,
  • Génocide (Indiens d'Amérique, Arméniens),
  • "Solution finale" du nazisme (Shoah),
  • Apartheid (Afrique du sud)
  • Ségrégation des noirs aux Etats-Unis,
  • Epurations ethniques modernes (Nigeria, Biafra, Kosovo, Rwanda)
  • Néonationalisme.

Les théories racistes sont nées au XIXe siècle à partir de travaux sur la séparation des races et la discrimination de groupes d'individus par exemple la thèse de la race germanique "pure", dite "aryenne", défendue par Joseph Arthur Gobineau (1816-1882) dans "Essai sur l'inégalité des races humaines" (1853-1855).

En ne reconnaissant pas l'égalité des groupes humains, le racisme s'oppose aux idées de justice, d'humanité, de fraternité et de dignité humaine, ce qui le rend moralement haïssable. Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, le racisme est considéré comme socialement inacceptable, en Occident notamment.


  1. Consultez les ressources suivantes pour mieux comprendre  ce phénomène:


  2. France 24

    Esclavage aux États-Unis : 400 ans après, une blessure toujours ouverte

    France 24 propose une émission entièrement consacrée à l'esclavage. Quatre cents ans après l'arrivée des premiers hommes enchaînés sur le sol américain, que reste-t-il de cette page sombre de l'histoire? Et qu'en est-il de la fracture de la société américaine, alors que la notion d'esclave, un temps oubliée, a refait surface ces dernières années?


    Regardez les premières 3 minutes de la vidéo et répondez aux questions

    • Donnez une définition du terme "esclavage".
    • Faites un résumé pour retracer l'origine de la traite esclavagiste aux États-Unis.
    • Quelles sont les conditions de travail des esclaves au début de la traite négrière?
    • Comment et pourquoi est-ce que le statut de l'esclave se détériore?
    • Que se passe-t-il au 18ème siècle?
    • Est-ce que le mouvement abolitionniste arrive à gagner du terrain? Comment?
    • Une nouvelle ère commence après l'abolition. Laquelle? Expliquez votre réponse.

    C’est quoi, le racisme ?

    Monde | 3 juillet 2020 à 01:00 par La rédac'

    Depuis plusieurs semaines, des manifestations ont lieu aux États-Unis, en France et dans d’autres pays du monde, pour dénoncer le racisme envers les Noirs. Des citoyens accusent notamment certains policiers de maltraiter les Noirs à cause de la couleur de leur peau. Pour comprendre ce qu’est le racisme et pourquoi il est choquant, regarde cette vidéo.

    Le racisme, c'est l'idée selon laquelle l'espèce humaine serait composée de plusieurs races différentes. Certaines de ces races seraient « supérieures », tandis que d'autres seraient « inférieures ». Cette idée a conduit des peuples à vouloir en dominer d'autres. Par exemple, les Européens se sont longtemps appuyés sur le racisme pour dominer les Africains et pratiquer l'esclavage. Il y a quelques décennies, des États démocratiques, comme l'Afrique du Sud et les États-Unis, avaient encore des lois racistes !

    Une seule espèce : Homo sapiens

    Pourtant, la science a montré que les races n'existaient pas au sein de l'humanité, car nous partageons tous les mêmes gènes. La biologie, la science de la nature, ne reconnaît qu'une seule espèce humaine : la nôtre, Homo sapiens. Mais, au-delà de la science, c'est surtout la morale qui a conduit les humains à lutter contre le racisme. Comment peut-on accepter que certains soient dominés, méprisés ou persécutés à cause de leur couleur de peau ou de leur culture ?

    Lutter contre le racisme, y compris sur Internet

    En France, des lois punissent les actes, mais aussi les paroles racistes. Mais si les agressions racistes ont baissé récemment, les messages racistes, eux, se développent, en particulier sur les réseaux sociaux. Le meilleur moyen de lutter contre le racisme reste l'éducation, notamment dans les écoles. C'est pourquoi y est organisée chaque année, au mois de mars, une semaine d'éducation contre le racisme.

    Frédéric Fontaine

    Pour en savoir plus cliquez ici.

    Regardez cette vidéo du site 1Jour1Question et répondez aux questions


    • Donnez une définition du mot "racisme".
    • Pourquoi est-ce que les Européens pensaient que l'esclavage était une pratique justifiée?
    • Qu'est-ce que les États-Unis et l'Afrique du Sud avait-il en commun?
    • Qu'est-ce que la science a démontré?
    • Quel est l'outil le plus efficace pour lutter contre le racisme?
    • Quels sont les mots utilisés pour décrire le traitement infligé à ceux considérés comme inférieurs?
    • Qu'est-ce qui est puni par la loi en France?
    • Quel est le meilleur moyen de lutter contre le racisme?

    IRIS: Institut de recherche et d'informations socioéconomiques

    Qu’est-ce que le racisme systémique?

    Par Wissam Mansour, Julia Posca

    Rares sont ceux qui vont nier l’existence de comportements racistes dans notre société, soit le fait que des personnes traitent différemment d’autres personnes sur la base de la couleur de leur peau, de leur origine ethnique présumée ou de leurs croyances religieuses. On reconnaît ainsi aisément que le racisme, qui peut être défini comme une idéologie selon laquelle il existe une hiérarchie entre les groupes humains, entraîne de la discrimination « lorsqu’une telle distinction, exclusion ou préférence a pour effet de détruire ou de compromettre [les droits et libertés d’une personne]. »

    Le racisme systémique, parce qu’il est plus insidieux, peut être plus difficile à percevoir. La Commission des droits de la personne et de la jeunesse (CDPDJ) le définit « comme la somme d’effets d’exclusion disproportionnés qui résultent de l’effet conjugué d’attitudes empreintes de préjugés et de stéréotypes, souvent inconscients, et de politiques et pratiques généralement adoptées sans tenir compte des caractéristiques des membres de groupes visés par l’interdiction de la discrimination. » (p. 6). Malgré son caractère parfois involontaire, cette forme de racisme a pour effet de perpétuer les inégalités vécues par les personnes racisées notamment en matière d’éducation, de revenus, d’emploi, d’accès au logement et aux services publics.

    Une réalité bien de chez nous

    Comme en témoignent les quelques exemples présentés ici, le racisme systémique existe bel et bien au Québec. En effet, qu’il s’agisse de l’accès au logement, des interpellations policières ou de l’accès au marché du travail, les personnes noires, autochtones et racisées subissent des discriminations de manière disproportionnée par rapport au reste de la population.

    Logement:

    Certaines personnes se voient refuser l’accès à un logement pour des motifs discriminatoires basés sur leur origine ethnique. Près du tiers des plaintes reçues à la CDPDJ pour discrimination dans le cadre de la recherche d’un logement concernaient l’origine ethnique ou la couleur de la peau.

    Relations avec la police:

    Le profilage racial est dénoncé depuis longtemps au Québec. Un comité d’enquête formé par la CDPDJ après la mort d’Anthony Griffin en 1987 dénonçait la discrimination et le racisme dans l’exercice des fonctions policières. En 2019, un rapport du Service de police de la ville de Montréal (SPVM) a montré que la probabilité moyenne de se faire interpeller par le SPVM variait en fonction de l’appartenance raciale. Les personnes noires et autochtones se font interpeller entre 4 et 5 fois plus que les personnes blanches. Les femmes autochtones ont quant à elles 11 fois plus de chances de se faire interpeller que les femmes blanches.

    Emploi:

    Plusieurs obstacles entravent aussi l’accès à l’emploi pour les personnes noires, autochtones et racisées, dont la non-reconnaissance de l’expérience professionnelle et des diplômes acquis à l’étranger pour les personnes immigrantes, ainsi que la discrimination à l’embauche.

    Des études s’intéressant à la discrimination à l’embauche ont entre autres démontré que le nom qui apparaît sur le curriculum vitae a une incidence sur la probabilité d’obtenir un emploi au Québec. Les personnes qui ont des noms à consonance africaine, arabe ou latino-américaine subissent un traitement différentiel et discriminatoire même lorsqu’elles ont les mêmes qualifications que les candidats avec des noms natifs.

    Regardez cette vidéo de l'humoriste Youtubeur Louise T et discutez en classe de votre compréhension du terme "Racisme systémique" :

    • Quelles sont les causes et les conséquences du racisme systémique?
    • Quelle est la différence entre "systémique" et "systématique"?
    • Comment se manifeste cette forme de racisme?
    • C'est quoi le "profilage"?
    • Quelle est la différence entre les immigrants et les autochtones?
    • Est-ce que cette forme de racisme existe dans votre pays?
    • Comment éradiquer le racisme systémique?

    Huffpost

    15/05/2020 13:29 - par Pierre Tremblay

    "On m'appelle coronachinois"

    Le racisme anti-asiatique, autre symptôme du coronavirus

    Originaire du sud-est de la Chine, Nian, 25 ans, vit depuis 8 ans en France. Il témoigne au HuffPost d'une recrudescence des préjugés et du racisme à l'égard des personnes asiatiques.

    RACISME - C’est l’un des effets pernicieux de la pandémie de coronavirus, qui a surgi dans la ville chinoise de Wuhan fin 2019. Depuis le début de la crise sanitaire, une recrudescence du racisme anti-asiatique sévirait en France, selon plusieurs témoignages relayés sur les réseaux sociaux via le mot-clé #JeNeSuisPasUnVirus.

    “La crise sanitaire du coronavirus entraîne dans son sillage une libération de la parole raciste dans les médias et sur les réseaux sociaux”, expliquait en janvier au HuffPost J. (elle souhaitait préserver son anonymat), une femme d’origine coréenne auteure d’un message particulièrement partagé.

    Comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d’article, Nian, 25 ans, cuisinier à Paris originaire de Wenzhou (sud-est de la Chine), a accepté de raconter à notre micro le racisme vécu par lui et sa famille depuis quelques semaines.

    Outre l’Hexagone, la pandémie de coronavirus provoque une flambée des incidents racistes dans plusieurs pays. Aux États-Unis, où le président Donald Trump pointe du doigt le “virus chinois”, les discriminations sont en hausse.

    À New-York, lieu de la plus importante communauté asiatique du pays, 105 incidents contre des Asiatiques ont été recensés entre le 1er février et le 16 avril, “contre cinq lors de la même période l’année dernière”, selon le Wall Street Journal. Ces incidents étaient en majorité des cas de harcèlement et de discrimination au logement.


    Divisez la classe en 3 groupes. Chaque groupe analysera un des textes ci-dessous.

    • Faites une liste des éléments qui sont identifiés comme une certaine forme de racisme.
    • Analysez les causes et les conséquences des actes de discrimination décrits dans ces textes.
    • Donnez des exemples des actions prises par des individus, des groupes ou les institutions gouvernementales ou non-gouvernementales pour combattre l’exclusion.
    Texte 1: Manifestations massives contre le racisme
    Texte 2: #JeNeSuisPasUnVirus
    Texte 3: La manifestation Black Lives Matter

    Siteweb: INTERNATIONAL

    Publié 13/07/2016 - Par La Rédaction

    Qu’est-ce que le mouvement « Black Lives Matter » ?

    Avant d’être un mouvement Black Lives Matter était un hashtag utilisé sur les réseaux sociaux. Depuis 2013, le mouvement ne cesse de faire parler de lui. La raison : les nombreux meurtres d’afro-américains. Aujourd’hui ce slogan est devenu l’un des plus influents dans la défense des droits civiques.

    Cette photo d'une jeune femme pacifiste Ieisha Evans, arrêtée par la police à Bâton-Rouge, est vite devenue virale.


    Photo emblématique du mouvement BLM prise par Max Becherer

    Alicia Garza, une activiste noire, est à l’origine de Black Lives Matter. Le 13 juillet 2013, l’activiste écrit un billet d’humeur suite à l’acquittement de George Zimmerman, soupçonné d’avoir tué Trayvon Martin, un afro-américain de 17 ans. A la fin de son billet, elle écrit : « Personnes noires. Je vous aime. Je nous aime. Nos vies comptent« . Une autre femme, Patrisse Cullors lui répond : « Black Lives Matter » (« Les vies noires comptent »). Le mouvement est lancé avec l’aide d’Opal Tometi, leader d’un autre groupe de défense des droits des immigrants.

    "Un jeune Noir court vingt et une fois plus de risques qu’un Blanc de perdre la vie en étant confronté à la police"

    Pendant deux ans, la communauté afro-américaine utilise le hashtag #BlackLivesMatter, devenant même un slogan lors des manifestations à Ferguson suite à la mort de Michael Brown et Eric Garner. Dans les rues, les gens hurlent « I cant’ Breath » ( « je ne peux plus respirer »), en rapport à ce dernier mort étouffé, et « Don’t Shoot » (« Ne tirez pas »), les dernières paroles de Michael Brown, 18 ans.

    En 2015, Back Lives Matter, dit BLM, devient officiellement un mouvement de défense des droits civiques. Sur son site, il est décrit comme « intervention politique et idéologique dans un monde où les noirs sont systématiquement les cibles de la mort« .

    Ce mouvement qui se revendique comme étant l’héritage des Black Panthers, de Malcolm X et de Martin Luther King est porté par des hommes, des femmes, des membres de la communauté LGBT, principalement des jeunes.

    Regardez cette vidéo et répondez aux questions.


    • Quel est le message et la fonction de cette vidéo?

    • Quels sont les sentiments des gens qui font partie de cette manifestation? Contre quoi protestent-ils?

    • Partagez-vous leurs sentiments? Pourquoi?

    • Est-ce que ce mouvement d’indignation est universelle? Comment le savez-vous?

    • Comment est-ce que l’Allemagne combat ce problème?

    • Que symbolise la mort de George Floyd?

    • Est-ce qu’il y a des manifestations similaires en France? Regardez la vidéo suivante et faites une comparaison de la situation en France par rapport aux pays comme l'Australie, le Japon et l'Allemagne.


    RTL

    Publié le 04/06/2020 à 06:29 Par Sara Belien

    Mort de George Floyd : comment le genou à terre est devenu un signe de protestation

    Le meurtre de Georges Floyd, un noir américain, en mai 2020 dans la ville de Minneapolis, a provoqué une vague de protestation aux États-Unis, en Europe et sur d’autres continents, afin de dénoncer les violences policières sur fond de racisme. Le mouvement « Black Lives Matter » est sans précédent car il mobilise pour la première fois un grand nombre de personnes et partout dans le monde dans la lutte contre le racisme envers la population noire.

    Pourtant, dans le passé, les exemples de meurtres commis par les forces de l’ordre avec de grands soupçons de racisme sont nombreux et ont souvent provoqué des émeutes urbaines : en France en 2005, après le décès de Zyed Benna et Bouna Traoré ; en 2016 après le meurtre d’Adama Traoré ; en Californie en 1992 après le passage à tabac de Rodney King par quatre policiers ou encore à Miami en 1980 après l’acquittement des policiers responsables de la mort de l’afro-américain Arthur McDuffie, battu à mort pour avoir grillé un feu rouge.

    Genou à terre

    Le geste, popularisé par un joueur de football américain Colin Kaepernick, en signe de protestation en 2016, est désormais reproduit un peu partout dans le pays en solidarité avec la communauté afro-américaine violentée.

    Un genou à terre, parfois le poing levé. Dans le contexte actuel, ce geste rend hommage à George Floyd et soutient la lutte contre le racisme. Parmi les manifestations qui ont lieu aux États-Unis, de nombreux participants et policiers n'ont pas hésité à reprendre ce geste.

    Lundi 1er juin, le candidat démocrate à la présidentielle Joe Biden s'est également agenouillé le temps d'une photo. C'est alors que ce geste prend une dimension politique.Un geste pour dénoncer une série de bavures policières contre des Noirs.

    Le geste "genou au sol" se propage et semble se transformer en signe de protestation contre les maux de la société et en soutien aux vicitmes de violences policières et d'actes de racisme. Le hashtag #TakeAKnee ("Pose le genou") est ainsi utilisé sur les réseaux sociaux.

    Regardez cette vidéo de 20minutes.fr et répondez aux questions: 

    • Que signifie le geste "Genou à terre"(et poings levés)?
    • Quelle est l'origine de ce geste? Quel en était le symbolisme?
    • Certains policiers et même des politiciens s'agenouillent pour montrer leur solidarité. Que pensez-vous de ce comportement?
    • Connaissez d'autres gestes symboliques d'une certaine idéologie? Donnez des exemples.
  3. Production écrite NM:Un(e) ami(e) a décidé de modifier son apparence physique pour faire disparaître certains traits ethniques visibles. Écrivez un texte pour exprimer votre avis à propos de sa décision en détaillant vos arguments et conseils.
    Choisissez un des types de texte : Journal intime - Message - Courriel

  4. Production écrite NS: Vous avez vu cette illustration annonçant la Semaine française dans le centre culturel de votre ville. Scandalisé(e) par cette représentation stéréotypée, vous écrivez un texte pour exprimer votre avis et pour suggérer des types d’illustrations alternatives.
    Choisissez un des types de texte suivant: Proposition - Lettre de protestation- Blog

  5. Compréhension orale et écrite:Lisez ce texte sur le rappeur Black M(du Site: Loesher Editore)et répondez aux questions.

  6. Black M: Je suis français
    Corrigé
  7. Compréhension Orale:Entraînez-vous à l'épreuve de compréhension orale avec cet exercice long. Lisez d'abord les questions. Puis, écoutez une première fois l'extrait du journal de RFI à propos des manifestations contre le racisme. Répondez ensuite aux questions. Écoutez une seconde fois l'enregistrement et prenez 5 minutes pour compléter vos réponses.

  8.  
    Transcription Manifestation contre le racisme
    Fiche de l'apprenant
    Corrigé
  9. Oral Individuel NM: Préparez une présentation de 3-4 minutes sur cette image. Comparez votre présentation à celle donnée comme exemple: George Floyd example  ici.


  10. Orale Individuelle NS: Préparez une presentation de 3-4 minutes sur cet extrait du livre “Le racisme expliqué à ma fille” de Tahar Ben Jelhoun. Comparez votre présentation à la présentation donnée comme exemple. from the one provided on this site?

  11. 'Le racisme expliqué à ma fille'

TdC

Expliquer le racisme, repenser l'antiracisme

Unanimement condamné depuis un demi-siècle, le racisme n'a pas pour autant disparu. Il s'est métamorphosé, au point d'être devenu parfois méconnaissable. Et il s'est, à bien des égards, planétarisé. Il s'est par là même banalisé, normalisé.

    Quels sont les principes sur lesquels sont fondés le racisme banal quotidien?

    • Le refus de l’autre – de ce qui est different.
    • La hiérarchisation des attributs physiques et biologiques.
    • Faire équivaloir une race à un ensemble d’aptitudes spécifiques.
    • Attribuer des comportements spécifiques aux individus selon leurs races.

    Comment est-ce que le racisme s’est-il metamorphosé pour s’ancrer de manière plus permanente dans nos sociétés?

    Pourquoi le racisme fait-il partie du paysage social Mondial?

    Entamez une discussion avec la classe pour découvrir s’il y a un moyen d’éradiquer le racisme ordinaire.



Concept: Intégration et exclusion

L’intégration sociale est une notion qui polarise le débat politique et plus récemment ce terme a été utilisé pour se référer à l’inclusion des jeunes, des femmes, des minorités religieuses, ethniques et raciales dans le développement économique, sur le marché du travail et dans la vie sociale.

Par contre, il n’y a qu’un pas entre l’intégration et la ségrégation. L’exclusion sociale est aujourd’hui une des stigmates de notre société moderne. L’exclusion n’est pas toujours délibérée, ou socialement admise, mais il est cependant indéniable qu’on constate une certaine mise à l’écart de groupes d’individus appartenant à des groupes minoritaires. Le phénomène de la marginalisation sociale d’individus se retrouve dans de nombreuses sociétés. L’individu est alors privé de ses droits fondamentaux et il subit les conséquences de la discrimination.


Le Lexique thématique
Last modified: Thursday, 19 November 2020, 4:27 AM