Rite de Passage

Les rites de passage ont toujours été dans les sociétés occidentales un mode de transmission pour faire grandir la jeunesse et marquer le passage à l’âge adulte. Ils consistent donc en une traversée d’expérience qui, à côte  de l’éducation donnée par la famille et de l’instruction offerte par l’école,  permet au jeune de passer à l’âge adulte.

Dans notre société, le passage à l'âge adulte est généralement marqué par une bonne crise d'adolescence, où l'on se découvre, où l'on tape du pied, où l'on se rebelle contre notre univers. A travers le monde, ce moment particulier dans la vie de l'homme est souvent symbolisé par un rituel, allant de l'épreuve à la scarification. S'ils peuvent parfois paraître barbares, ils sont le reflet d'une culture, d'un peuple, d'une histoire et parfois d'une religion. Ils sont supposés aider l'âme à faire son chemin de la naissance jusqu'à la mort, et donc, assurer la vie après la mort.

Dans une société qui manque de repères et semble en panne de modèles éducatifs, ces rites chargés de sens, porteurs de valeurs, initiatiques confirment l’appartenance identitaire.

  1. Selon vous, les rites de passage tels que la communion solennelle, le baccalauréat, le mariage seraient-ils devenus des coquilles vides ? Pourquoi  on continuerait à les perpétuer ? A-t-on besoin de coller ce mot (rite de passage) à certaines réalités?

  2.  


    Le bizutage, ou initiation, est un ensemble de pratiques, épreuves, traitements ritualisés et imposés, destiné à symboliser l'intégration d'une personne au sein d'un groupe social particulier : étudiants, militaires, professionnels, etc. Dans certains pays, dont la France, ce genre de pratiques a ces dernières années souvent fait l'objet de l'attention des médias, notamment à la suite d'incidents ou accidents, ou plus simplement de par la nature de plus en plus considérée par les sociétés contemporaines comme dégradante et humiliante de nombreux bizutages. Les pouvoirs politiques y ont été amenés à moins tolérer le bizutage que par le passé, voire à légiférer pour l'interdire partiellement ou totalement.

    Il est pourtant puni par la loi depuis 1998. Le bizutage, cette pratique qui consiste à soumettre aux nouveaux des épreuves d’initiation, peut déboucher sur des violences et des humiliations. 20 ans après l’adoption d’une loi qui la condamne, cette "spécialité française", persiste dans certains établissements

    • Que pensez-vous de cette pratique?
    • Est-ce que le bizutage permet l'intégration?
    • Pensez-vous que l'interdiction du bizutage est justifié?
    • Les étudiants qui refusent le bizutage sont souvent ostracisés. Quel est votre avis sur ce phénomène?

    Les rites de passage à travers le monde

    Par Constance Boileau - Publié le 25/06/2016

    La transition de l'enfance à l'âge adulte est un moment important dans la vie de chacun. Le « rite de passage » des garçons qui deviennent des jeunes hommes et des jeunes filles qui deviennent des jeunes femmes - est un moment important dans la vie de chacun. Mais l'âge auquel cela se produit, et comment chaque enfant célèbre son rite de passage à l'adolescence, dépend entièrement de l'endroit où il vit et de la culture dans laquelle il grandit. En regardant en arrière, nous n’oublierons jamais la majesté des bals de promo, ou l'excitation sur la piste de danse, et pourquoi devrions-nous oublier ces moments? Embarrassants ou incroyables, ils étaient des moments cruciaux dans nos vies qui méritent qu’on s’en souvienne. Sur ce, voici treize rites de passages les plus variés du monde entier.

    Rite de passage américain : Sweet 16

    Bien que celui-ci soit moins enraciné dans la tradition, le 16e anniversaire est néanmoins un moment important pour la jeunesse américaine, car il marque le moment où ils sont légalement autorisés à conduire une voiture (et avec le permis de conduire vient la liberté). Pour certains adolescents chanceux ce jour est célébré avec une grande fête et peut-être une nouvelle voiture.

    Rite de passage le Sateré-Mawé: L’initiation à la fourmi balle de fusil


    Chez les Satéré-Mawé, les jeunes garçons doivent prouver leur résistance pour pouvoir devenir des hommes. Ainsi, la tradition implique de glisser sa main dans un gant rempli de fourmis balle de fusil. Elles ne portent pas ce nom par hasard : leur piqûre est si douloureuse qu'elle est souvent comparée à la douleur infligée par une balle de fusil. Pendant 10 minutes, les jeunes garçons doivent conserver le gant et donc subir les piqûres terribles des fourmis. Après le temps réglementaire, certains des initiés se retrouvent avec une partie de la main, et parfois du bras, paralysés à cause du venin des fourmis. Certains tremblent pendant plusieurs jours après l'épreuve.

    Rite de passage japonais: Seijin-no-Hi

    Au Japon, le deuxième lundi de Janvier marque une journée spéciale le jour où les personnes âgées de 20 ans s’habillent de leurs plus beaux costumes traditionnels, assistent à une cérémonie dans les mairies locales, reçoivent des dons, et célèbrent leur joie avec leurs amis et leur famille. La tradition a commencé il y a près de 1200 ans et marque l'âge où les Japonais estiment que les jeunes sont devenus matures, et des membres à part entière de la société (c’est aussi le moment où ils ont le droit de voter et de boire).


    La scarification chez les Kaningara, en Nouvelle-Guinée


    C'est probablement l'un des rites de passage les plus violents et les plus douloureux qui existe. Les garçons qui souhaitent devenir des hommes doivent passer par plusieurs semaines de véritable torture. Dès le début du rite, on fait des incisions assez profondes sur tout leur corps et notamment dans leur dos. Les cicatrices ressembleront à la fin à une peau de crocodile. Pendant la phase de cicatrisation, les jeunes sont soumis à des humiliations quotidiennes, afin de leur rappeler leur place dans la société. A la fin du rite, les garçons sont censés être plus fort mentalement et physiquement.

    Le Manjal neerattu vizha, ou la célébration de la puberté d'une fille


    Il faut savoir qu'en Inde, une femme qui a ses règles est considérée comme impure et, même actuellement, les femmes doivent parfois s'isoler dans un coin de la maison pendant cette période et elles ne doivent pas cuisiner (risque de souiller la nourriture). Dans une tribu qui vit vers Ooty, dans le sud, les Todas, il y a carrément un lieu à l'extérieur du village où les femmes passent le temps de leurs règles avant de revenir chez elles.

    Cependant, dans certaines communautés indiennes, la puberté d'une jeune fille est célébrée. Tout le village est invité. Les oncles et tantes font alors des cadeaux : saris, maquillage, culottes et soutien-gorge... Une pooja est donnée par une quinzaine de personnes, il s'agit de bénir la jeune fille.Des prières sont dites, on célèbre alors la déesse, la femme qui a désormais la capacité de donner la vie.

    Le limage de dents ou metatah, à Bali


    Le limage de dents est une tradition ancestrale à Bali, qui concerne aussi bien les garçons que les filles. Il n'y a pas d'âge précis pour procéder au limage des dents, mais généralement, les jeunes balinais le font entre 6 et 18 ans, avant le mariage. Cette opération dentaire est transformée en véritable cérémonie sur l'île indonésienne et les familles ne lésinent pas sur les moyens pour en faire une fête fastueuse. Appelée metatah, cette cérémonie a pour but d'effacer ce qui se rattache au mal dans l'esprit du balinais, à savoir ici, les canines pointues.

    • Que pensez-vous de ces rites d'initiation?
    • A votre avis, pourquoi est-il important de marquer le passage à la puberté?
    • Connaissez vous d'autres rites d'initiation du même genre?
    • Est-ce que certains de ces rites vous choque?
    • Le passage à la puberté est souvent marqué par la circoncision pour les garçons ou l'excision pour les filles. Est-ce que ces rites sont toujours nécessaires?

    Dans son livre-phare — « Les Rites de Passage » (1909) — Arnold van Gennep soutient que, traditionnellement, ces derniers se composent de 3 étapes rituelles :

    1- La séparation : étape dans laquelle le participant ou futur initié est symboliquement (parfois physiquement) éloigné du monde auquel il a appartenu. Les rites de séparation impliquent souvent des actions symboliques comme la mise à nu ou le séjour dans un lieu inconnu. Après le rite de séparation, l’initié est à l’entrée de ce qu'on appelle le « monde liminal » (dérivé du latin « limin » : seuil).

    2.La transition : étape dans laquelle l’individu entre dans le « monde liminal », une sorte de ‘non-lieu’ et de ‘non-temps’ autant social que spirituel. Au cours de cette phase, l’individu est généralement informé des responsabilités liées à son nouveau rôle. Dans cet ‘entre-monde’, le futur initié est souvent considéré comme étant en danger (pour lui-même ou les autres). Pour ‘protéger le candidat dans cette phase ‘instable’, un parrain ou un gardien lui est parfois attribué.

    3. La réincorporation: étape finale dans laquelle ‘celui qui est passé’ est confi rmé dans son nouveau statut. Il a, pour ainsi dire, franchi le seuil et est revenu. Ces rites de réincorporation peuvent inclure diverses actions symboliques ou investir l’individu de nouveaux pouvoirs, vêtements, accessoires, tatouages, etc. Ces marques d’identité annoncent publiquement que l’individu appartient au nouveau groupe ou statut.




    Chaque pays a ses coutumes, parfois même insolites, souvent pittoresques, et ses mœurs qui sont léguées et remises aux mains des générations futures. Chaque société a ses rites, ses manières, ses fêtes et ses croyances et aussi des usages culturels ancrés qui ont été adoptés par la population.

    Les rites de passage ont toujours été dans les sociétés occidentales un mode de transmission pour faire grandir la jeunesse et marquer le passage à l’âge adulte. Ils consistent donc en une traversée d’expérience qui, à côté de l’éducation donnée par la famille et de l’instruction offerte par l’école, permet au jeune de passer à l’âge adulte. Dans une société qui manque de repères et semble en panne de modèles éducatifs, ces rites chargés de sens, porteurs de valeurs, initiatiques confirment l’appartenance identitaire.

    De façon générale, il s’agit d’un processus mais selon les cultures, ces rites s’appuient soit sur un apprentissage spirituel et social soit sur des épreuves physiques.

    Dans la religion catholique, La confirmation : il s’agit du sacrement consistant à oindre d’huile sainte une personne baptisée afin qu’elle reçoive le don du Saint-Esprit, c’est l’achèvement et la confirmation du baptême, ce sacrement est une étape essentielle de l’initiation chrétienne. La confirmation constitue l’entrée dans la vie active de chrétien du baptisé. 
     
    Dans l’Islam, la circoncision: En souvenir de la circoncision d’Ismaël à l’âge de 13 ans, la circoncision est traditionnellement effectuée avant l’entrée dans l’âge adulte (de nos jours entre 4 et 12 ans) .

    Dans la tribu Massaï (Kenya), le rite d’initiation: Les garçons Massaï deviennent de jeunes guerriers ou morane (pluriel «moranis») vers l’âge de quinze ans. Un ancien leur apprendra le maniement des armes, les chants de guerre, les danses traditionnelles. Différentes cérémonies initiatiques accompagnent le passage des jeunes Massaï garçons à l’âge adulte. Le plus important est la circoncision, qui peut être pratiquée au même moment pour de nombreux individus.


     
    En Inde, l’Upanayana: Il s’agit d’un rite de passage de l’hindouisme: un samskara. Il marque chez l’enfant le début de l’étude des textes sacrés: les Védas, et de l’éducation en général. L’histoire de l’Inde a fait que plus la caste de l’enfant est élevée, plus la cérémonie a lieu tôt dans sa vie, rite pratiqué autrefois que chez les garçons. Un pagne, une ceinture, un cordon sacré sont transmis au jeune étudiant. 

    Regardez cette vidéo et discutez de la pertinence de ces rites de passages.


  3. Production Écrite NM: Vous rédigez un texte sur le journal de l’école portant sur les conduites à risque et les expériences sauvages qui sont devenues des rites souvent incontrôlables parmi les jeunes. Vous mettez en garde ceux qui pratiquent ces rites et vous proposez une réflexion sur ce sujet.

    Choisissez un des textes suivants: Tract - Courrier des lecteurs - Directives

  4. Compréhension Écrite: Lisez ce texte sur les rites initiatiques.

  5. Le Septième Jour 
    Corrigé
  6. Compréhension Orale:

    • Entraînez-vous à l'épreuve de compréhension orale avec cet exercice.
    • Lisez d'abord les questions. Puis, écoutez une première fois l'extrait de cette entrevue de FranceInter qui parle des voyages de Jean-Pierre Brouillaud.
    • Répondez ensuite aux questions. Écoutez une seconde fois l'enregistrement et prenez 5 minutes pour compléter vos réponses.

     

    Fiche de l'apprenant


    Corrigé


  7. Oral Individuel NM: Regardez cette image et faites une présentation de 3 – 4 minutes.


  8.  
    Vocabulaire thématique
    • Changement
    • Statut social
    • Rituel
    • Cérémonie-
    • Épreuve
    • Passage initiatique
    • Symbolique
    • Passage d'un état à un autre
    • Évolution
    • Soumission
    • Circoncision
    • Excision
    • Hiérarchie
    • Transition
    • De génération en génération
    • Art traditionnel
    • Sacrement
    • Rites solennels
    • Bizutage
    • Rites codifiés
Last modified: Tuesday, 24 November 2020, 5:36 AM