Médias traditionnels


Par médias traditionnels on entend la presse écrite, la radio et le petit écran. Depuis la parution du numérique ils ont dû faire face à la crise. Toutefois la télé résiste grâce parfois à des émissions qu’on appelle télé Poubelle ou à la télé-réalité.

  1. La presse écrite en crise: Lisez cet article et répondez aux questions.

  2. La liberté d'expression et d'opinion

    L’un des enjeux de la presse a toujours été sa liberté qui consiste en liberté d’expression et d’opinion. C’est un droit humain fondamental issu de l’impulsion du mouvement des Lumières et proclamé par la révolution de 1789. La liberté d’expression est en effet une tradition française, Voltaire affirmait: “Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire”.

    C’est une affirmation qui a une portée considérable dans la définition des valeurs caractérisant la civilisation occidentale. Or il faut considérer que la satire (on critique en ridiculisant) existe en France depuis le XIXe siècle et est considérée aussi une tradition française.

    La tradition de la satire s’enracine avec "Le canard enchaîné" en 1915 pour rire de tout. En 1960 c’est Hara Kiri qui s’impose comme le journal satirique qui se moque de tout et qui sera fermé après la mort du général de Gaulle pour renaître sous le nom de Charlie Hebdo en 1968. Les événements tragiques qui suivent ont fait la une de l’actu: attaque meurtrier à la rédaction de Charlie Hebdo le 7 janvier 2015 faute d’avoir publié des images du prophète considérées insultantes et blasphématoires.



      Piste de réflexion:

      • Lisez-vous les journaux? Lesquels?
      • Comment est-ce que vous vous informez de ce qui se passe dans le monde?
      • Est-ce important de pouvoir tout dire?
      • C'est quoi "une satire"?
      • A votre avis, est-ce que la caricature des emblèmes religieux relèvent de la blasphémie? Pourquoi?
      • Comment est-ce que les publications de Charlie Hebdo ont enflammé le débat public?
      • Quels sont les adjectifs utilisés pour décrire la ligne éditoriale de Charlie Hebdo?
      • Quelle est sa marque de fabrique? Pourquoi à votre avis?
      • Êtes vous d'accord avec les propos de son directeur qu'on peut tout caricaturer?
      • "On peut rire de tout". Êtes-vous d'accord?
      • Ce journal refuse de se laisser influencer ou museler. Expliquez cette phrase.
      • Quelles ont été les conséquences de la position de Charlie Hebdo?
      • La satire est bien ancrée dans la tradition journalistique Française. Pensez-vous que c'est une tradition qui devrait être censurée? Pourquoi?

  3. Consultez les ressources suivantes et faites les activités:

  4. Qui a tué la presse écrite? - « The Economist »

    Publié le 28 août 2016

    Nombre de journaux connaissent actuellement de graves dif- ficultés à survivre et subissent les effets dévastateurs de la concurrence du Web. La presse écrite a eu son heure de gloire, mais aujourd'hui, « c'est une espèce en voie de disparition ». « Vendre des mots aux lecteurs et vendre des lecteurs aux publicitaires », cette formule ne fait plus recette. Dans tous les pays occidentaux, les ventes diminuent depuis plusieurs décennies. Et le développement d'Internet a précipité la chute.


    Dans son livre « Le journal qui disparaît », Philip Meyer, spécialiste du journalisme américain, calcule que les journaux imprimés auront tous disparu en 2043. C'est peut-être exagéré, mais aucun magnat de la presse ne peut nier que de plus en plus de jeunes utilisent Internet comme source d'information. Les Britanniques âgés de 15 à 24 ans avouent passer 30 % de temps en moins à lire un quotidien national depuis qu'ils vont sur le Web.

    Les journaux n'ont pas encore commencé à fermer en masse, mais « ce n'est qu'une question de temps », avertit le journal anglais. Dans les prochaines années, la moitié des journaux généralistes des pays riches pourraient mettre la clef sous la porte. Et les emplois sont déjà menacés. Selon la Newspaper Association of America, le nombre de journalistes a chuté de 18 % entre 1990 et 2004.

    Après avoir ignoré cette réalité pendant des années, les journaux réagissent enfin. Pour diminuer leurs frais, ils font des économies sur la qualité. D'autres essaient d'attirer un lectorat plus jeune en misant sur des sujets de société plus attractifs que la politique internationale. Certains se lancent dans la presse gratuite. Pour le moment, personne n'a trouvé de solution miracle.

    Mais la presse écrite saura sûrement retomber sur ses pattes et surmonter cette nouvelle épreuve, comme elle a su le faire après la dépression qui a suivi le boom de la télévision, conclut cependant l'hebdomadaire.

    • Pensez-vous que la presse écrite va disparaître?
    • Qui a tué la presse écrite selon cet article?
    • Quel est l'effet du Web?
    • Pourquoi la formule habituelle ne fait plus recette?
    • Quelles sont les conséquences de la disparition des journaux?
    • Comment est-ce que les journaux combattent-ils la concurrence?

    C'est quoi les médias?

    Regardez cette vidéo et répondez aux questions suivantes




    • C'est quoi les médias?
    • Est-ce important de diffuser des informations?
    • Quels sont les différents types de médias?
    • Quelle a été l'évolution majeure des médias écrits?
    • Comment réagit notre cerveau? Expliquez le méchanisme de l'addiction.
    • C'est quoi les médias de presse en ligne?
    • Qui les consulte?
    • Comment est-ce que les médias popularisent leurs contenus?
    • Quel est le rôle des journalistes?
    • Quel type de média préférez vous? Pourquoi?

    Par Little Shadow dans Et si on dissertait... le 23 Février 2016 à 17:45

    Peut-on parler de journalisme objectif?

    Oui : dans l’absolu, le journaliste devrait rendre compte des événements de manière objective.

    Non : mais son regard personnel et les contraintes de sa profession rendent son travail forcément subjectif.


    Le journaliste travaille comme un chercheur.

    Le journaliste rationnel se soumet à la règle des 5 W : who, when, why, where, what (qui, quand, pourquoi, où, quoi). Son esprit critique exige de son travail vérité et objectivité. On peut rapprocher cette activité de celle du chercheur scientifique qui, lui aussi, observe et établit des rapports entre les faits.

    L’information passe avant l’opinion du journaliste.

    L’information est exigence de sobriété et de dépouillement. On trouve chez le journaliste objectif la volonté d’exclure de son discours tout ce qui est passionnel et subjectif. C’est pour satisfaire à ce désir d’objectivité que la presse s’est donné un style, une manière de rapporter les événements qui n’appartiennent qu’à elle. Il y a une écriture spécifique du journaliste, qui lui permet de dépasser sa subjectivité.

    Le savoir et la vérité exigent la liberté.

    Le souci de vérité et d’objectivité dans le discours ont pour conséquence la liberté, donc le refus de toute censure. En raison de l’objectivité, le fait est sacré : il faut donc le montrer, le dire, l’exprimer ; le journaliste n’a pas le droit de se taire, ni d’être réduit au silence. En raison de la liberté, la pluralité des opinions doit être garantie ; que les avis s’opposent est un bien, le débat étant la condition de la liberté d’expression.

    Les événements et les faits que le journaliste doit traiter ne sont pas une réalité objective et scientifique. Il parle des hommes et il est un homme, il est donc subjectif.

    Le journaliste est par excellence l’homme de son temps.

    Le journaliste est un homme d’action et il a pour sujets les actions des hommes, qu’il ne peut analyser avec la rigueur de la démarche scientifique. Deux journalistes, confrontés au même événement, n’auront jamais la même réaction. Le choix même de l’événement, indépendamment de l’analyse et du commentaire, est déjà subjectif.

    Le temps est un obstacle à l’objectivité.

    Le journaliste est asservi à la rapidité du moment, à la succession d’événements toujours nouveaux et à la contrainte de plus en plus astreignante du « scoop ». Il est aussi un observateur qui n’a ni le temps ni les moyens de prendre du recul par rapport à la chose observée. Il est prisonnier de ce qui fait la modernité des techniques de communication ; obligé de réagir vite, il ne peut plus garantir une stricte objectivité.

    Le langage est forcément subjectif.

    Subjectif dans le choix de ses sujets, subjectif parce qu’il est un homme, subjectif parce qu’il a de moins en moins le temps de l’analyse, le journaliste est encore subjectif dans son langage. Qu’il s’agisse de presse écrite ou de presse télévisuelle, les mots et les images ne sont jamais neutres. Pour intéresser un lecteur ou un téléspectateur, il faut certes relater des événements, mais il faut aussi émouvoir, choquer, séduire ; il faut faire appel à l’intelligence et à la sensibilité, donc à la subjectivité.

    Un article de presse ne sera jamais un rapport de comptabilité, « certifié exact ». Le fait brut (comme la dépêche d’agence), sans commentaire ni analyse, sans point de vue personnel, n’existe pas. « Un homme armé d’un pistolet mitrailleur a tué six personnes dans un supermarché » : tel est le fait brut, mais cela ne nous apprend rien. Il faudrait savoir « qui, où, comment, quand » et, surtout, « pourquoi ».

    La réponse à notre question ne peut être catégoriquement « oui » ou « non ». A ceux qui craignent de voir la subjectivité déformer la vérité, nous répondrons que le lecteur a, lui aussi, sa subjectivité et un sens critique, capables de contrebalancer ceux du journaliste.

    Piste de réflexion:

    • Définissez les termes objectivité et subjectivité journalistique?
    • Est-ce important de diffuser des informations complètement objectives?
    • "L'objectivité absolue est un mythe". Pourquoi?
    • Quels sont les éléments qui permettent d'identifier le degré d'objectivité d'une information?
    • Quelles sont les contraintes du journaliste?
    • Croyez vous que le journalisme traditionnel ets appelé à disparaître?
    • Comment est-ce que le manque d'objectivité du traitement de l'information pourrait être dangereuse?
    • Quelles sont les conséquences possibles de la propagation d'informations subjectives?
    • Quel est le rôle du lecteur?

    Regardez cette vidéo et répondez aux questions.



    Piste de réflexion:

    • Expliquez ce que fait l'organisation "Reporters sans frontières"?
    • Quelle est la fonction de cette ONG?
    • Pourquoi font-ils des spots publicitaires?
    • Quelle est l'utilité de leur guide annuel?
    • Quel est le message du premier spot?
    • Comment est-ce que ce message est véhiculé?
    • Quel est le slogan du spot?
    • Est-ce que ce spot est efficace? Comment?
    • Le journaliste mentionne qu'il se situe dans un pays où "la liberté de l'information va de soi". Expliquez cette expression et donnez des exemples.
    • Quel est le message du 2ème spot publicitaire?"
    • Qu'est-ce qui peut paraître surprenant dans ce spot?
    • Quelles sont les conditions dans lesquelles certains journalistes sont détenus?
    • Comment est-ce que les dons peuvent aider?
    • Qui sont les chefs d'état que vous voyez dans le 3ème spot?
    • Quelle est l'image projetée de ces chefs d'état dans ce spot?
    • Quel est le message de ce spot?
    • Connaissez vous des situations où des journalistes ont perdu la vie dans la quête de l'information?
    • Faites des recherches et partagez avec la classe.

    Regardez cette affiche, qui fait partie d'une campagne qui a pour but de dénoncer les chefs d'état qui persécute les journalistes. Analysez le message de cette image.

    FranceInfo - publié le 6 avril 2015

    Les supports pour regarder séries et films ont beau se multiplier, la télévision reste reine. L'an dernier, les téléspectateurs de la planète ont passé plus de 3h00 par jour devant le petit écran.

    Ordinateurs, tablettes, smartphones, les écrans se multiplient mais l'addiction à la télévision demeure. L'an dernier, les téléspectateurs à travers la planète ont passé 3h13 par jour devant le petit écran.

    Des chiffres boostés par le sport

    Les téléspectateurs américains seraient les plus assidus. Ils regarderaient la télévision 4h42 chaque jour. Un chiffre qui s'expliquerait notamment par les audiences des séries en direct et en replay. Les séries, donc, mais surtout le sport. L'an dernier, le traditionnel Superbowl américain a rassemblé 112,7 millions de téléspectateurs. La dernière édition de la coupe du monde de football a, elle, enregistré des records: 3,2 milliards de personnes si l'on cumule tous les matchs de la compétition.



    Piste de réflexion:

    • Regardez vous la télé?
    • Selon vous, est-ce que la télé va disparaître?
    • Que montrent les statistiques?
    • Qu'est-ce qui aide à booster l'audience du petit écran?
    • Croyez-vous que la télé appartient à la vieille génération?
    • Quelle tendance a permis de populariser la télé?
    • Préférez-vous regarder la télé en famille ou seul? Pourquoi?

  5. Production Écrite NM: Rédigez un texte pour discuter de la citation suivante: “Les journalistes sont porteurs d’une mission essentielle à toute démocratie car ils sont la source de toute information et d’édification des citoyens, ce qui leur vaut le titre de “cinquième pouvoir”.

    Choisissez un des textes suivants: Débat - Interview - Forum en ligne

  6. Image 1.1.2a

  7. Compréhension Écrite: Un texte qui parle de la télévision française.

  8. Dictionnaire de la télévision française 
    Corrigé
  9. Compréhension Orale:

    • Entraînez-vous à l'épreuve de compréhension orale avec cet exercice.
    • Lisez d'abord les questions. Puis, écoutez une première fois l'extrait de ce reportage de RFI sur la liberté de la presse.
    • Répondez ensuite aux questions. Écoutez une seconde fois l'enregistrement et prenez 5 minutes pour compléter vos réponses.

     

    Fiche de l'apprenant


    Corrigé et Transcription


  10. Oral Individuel NM: Regardez cette image et faites une présentation de 3 – 4 minutes.



  11. Oral Individuel NS: Lisez cet extrait et faites une présentation de 3 – 4 minutes basée sur cet extrait.

L'Étranger

J'étais un peu étourdi aussi par tout ce monde dans cette salle close. J'ai regardé encore le prétoire et je n'ai distingué aucun visage. Je crois bien que d'abord je ne m'étais pas rendu compte que tout ce monde se pressait pour me voir. D'habitude, les gens ne s'occupaient pas de ma personne. Il m'a fallu un effort pour comprendre que j'étais la cause de toute cette agitation. J'ai dit au gendarme : «Que de monde !» Il m'a répondu que c'était à cause des journaux et il m'a montré un groupe qui se tenait près d'une table sous le banc des jurés. Il m'a dit: «Les voilà.» J'ai demandé: «Qui?» et il a répété:

«Les journaux.» Il connaissait l'un des journalistes qui l'a vu a ce moment et qui s'est dirigé vers nous. C'était un homme déjà âgé, sympathique, avec un visage un peu grimaçant. Il a serré la main du gendarme avec beaucoup de chaleur. J'ai remarqué à ce moment que tout le monde se rencontrait, s'interpellait et conversait, comme dans un club où l'on est heureux de se retrouver entre gens du même monde. Je me suis expliqué aussi la bizarre impression que j'avais d'être de trop, un peu comme un intrus. Pourtant, le journaliste s'est adressé à moi en souriant. Il m'a dit qu'il espérait que tout irait bien pour moi.

Je l'ai remercié et il a ajouté: «Vous savez, nous avons monté un peu votre affaire. L'été, c'est la saison creuse pour les journaux. Et il n'y avait que votre histoire et celle du parricide qui vaillent quelque chose.» Il m'a montré ensuite, dans le groupe qu'il venait de quitter, un petit bonhomme qui ressemblait à une belette engraissée, avec d'énormes lunettes cerclées de noir. Il m'a dit que c'était l'envoyé spécial d'un journal de Paris: «Il n'est pas venu pour vous, d'ailleurs. Mais comme il est chargé de rendre compte du procès du parricide, on lui a demandé de câbler votre affaire en même temps». Là encore, j'ai failli le remercier. Mais j'ai pensé que ce serait ridicule. Il m'a fait un petit signe cordial de la main et nous a quittés. Nous avons encore attendu quelques minutes.

Mon avocat est arrivé, en robe, entouré de beaucoup d'autres confrères. Il est allé vers les journalistes, a serré des mains. Ils ont plaisanté, ri et avaient l'air tout à fait à leur aise, jusqu'au moment où la sonnerie a retenti dans le prétoire. Tout le monde a regagné sa place. Mon avocat est venu vers moi, m'a serré la main et m'a conseillé de répondre brièvement aux questions qu'on me poserait, de ne pas prendre d'initiatives et de me reposer sur lui pour le reste.

Albert Camus, L’Étranger, Folio,1942



TdC

Les questions posées par la liberté d’expression renvoient aux limites et à la censure.

Quel est le rôle joué par l’éthique? Faut-il imposer une censure?

Concept

Liberté d’expression

Droit de l’homme qui consiste à formuler librement son opinion par n’importe quel moyen de communication.

Responsabilité des médias

Les médias, souvent gérés comme des entreprises n’ayant que la responsabilité d’augmenter les profits, sont aussi porteurs d’une responsabilité sociale vis-à vis des lecteurs, spectateurs, utilisateurs… qui jouissent d’un droit à une information de qualité, indépendante, complète et pluraliste.

Crise des médias traditionnels

La presse, la télé ont perdu du poids dans la mobilisation et la puissance de détonation de toute information, opinion.

Profil de l'apprenant

Instruit et informé

L’apprenant explore des concepts et acquiert des connaissances approfondies.

Vocabulaire thématique
  • journal
  • hebdo(madaire)
  • magazine
  • mensuel
  • article
  • à la une
  • chaîne
  • émission télévisée
  • JT
  • actu
  • éditorial
  • générique
  • petit écran
  • télé poubelle
  • téléréalité
Last modified: Thursday, 19 November 2020, 4:02 AM