Dépendances

Consommation de la drogue et de l'alcool chez les jeunes

INPES - 2018

Malgré les campagnes de sensibilisation, la consommation des drogues et d’alcool demeure à un niveau relativement élevé chez les jeunes. L’ivresse est liée à l’idée de fête et des nombreux jeunes ne comprennent pas les risques liés à la consommation d’alcool et drogues. De telles habitudes comportent évidemment des risques, d'abord pour la santé : troubles respiratoires, élévation de la probabilité d'avoir un cancer du poumon, des problèmes cardiovasculaires, etc.
Mais les effets peuvent aussi être immédiats. En particulier, trop boire d'alcool peut entraîner un coma éthylique, une perte de connaissance loin d'être anodine puisqu'elle peut conduire à la mort si l'individu n'est pas pris en charge à temps.
D'autre part, conduire en ayant consommé de la drogue ou de l'alcool est particulièrement dangereux dans la mesure où cela diminue la vigilance, altère les réflexes et augmente la gravité des accidents. À lui seul, l'alcool entraîne 1 000 décès par an et est aujourd'hui la première cause de mortalité sur les routes en France).

6.2.1b

Par ailleurs, les effets des drogues et de l'alcool sont également psychologiques, rappelle l'INPES : « son pouvoir désinhibant et la modification des comportements peuvent conduire à des rapports sexuels non protégés et/ou non prévus, exposant potentiellement les jeunes filles à des grossesses non désirées et les deux partenaires aux infections sexuellement transmissibles et au VIH ».

Enfin, une consommation régulière peut créer une démotivation pour les études et une agressivité avec sa famille et ses amis. Tous ces indicateurs semblent connus. Et pourtant, les consommateurs ne se rendent pas toujours réellement compte des risques qu'ils encourent : à 16 ans, seuls « 51 % des Français sont conscients du risque lié à la consommation de cinq verres ou plus chaque week-end », souligne l'INPES.
Cette faible perception du risque est liée à ce que les spécialistes appellent une« véritable attitude de déni».

Regardez cette vidéo pour mieux comprendre ce phénomène


  • Que montrent les statistiques?
  • Citez les nombreuses causes à l’origine de la consommation des drogues chez l’adolescent.
  • Expliquez pourquoi on ne peut pas parler de toxicomanie dans tous les cas?
  • Quels sont les constats faits par l'expert au sujet des différents types de drogues consommés?
  • Comment réagir si on pense que son ado prend de la drogue?
  • Que signifie l’expression « Il faut arrêter de faire l’autruche » lorsque les parents découvrent des produits suspects dans les poches de leurs ados ?
  • Quels arguments est particulièrement efficace pendant la discussion avec un ado qui consomme des drogues
  • Que faire si les arguments avancés restent inefficaces?
  1. Consultez les ressources suivantes et faites les activités:

  2. La cigarette est très répandue parmi les jeunes, en Belgique on a même inventé la fumée bleue pour attirer les plus jeunes. Pourquoi malgré les campagnes de sensibilisation et prévention le tabagisme est si en vogue ? Quels sont les facteurs en jeu qui poussent les jeunes à fumer et à développer ensuite une dépendance ?

    Lorsqu’on questionne des fumeuses ou des fumeurs sur le pourquoi de leur habitude, leurs réponses sont des plus diverses, comme «ça me détend», ou «ça m’aide à me concentrer». Pour la plupart, ce ne sont pas des besoins réels, par exemple celui de se relaxer, mais bien plutôt l’envie de calmer les symptômes de manque que provoque le déficit de nicotine dans le cerveau. Par exemple, lorsqu’on associe le fait d’allumer une cigarette à l’attente de voir remonter son moral, on risque bien que le recours au tabac ne devienne un réflexe dans certaines situations.

    Les femmes et les jeunes filles s’imaginent souvent que fumer va les aider à contrôler leur poids. Or, bien que la nicotine fasse effectivement brûler davantage d’énergie, elle fait également baisser la forme. Une nourriture équilibrée et la pratique d’un sport sont une alternative bien plus saine pour maintenir son poids corporel.

    Regardez cette vidéo du site Le Monde qui révèle certains chiffres-clefs sur la cigarette.

    De nouveaux tarifs pour le tabac sont entrés en vigueur le 20 août 2018. L’objectif est d’harmoniser le prix des paquets avant une augmentation à 10 euros pour 2020. Malgré les hausses de prix et la prévention, la cigarette reste un fléau pour la santé à l’échelle mondiale. Elle tue près de sept millions de personnes chaque année.

    Pourtant, l’industrie du tabac se porte bien et la planète compte encore 1,1 milliard de fumeurs. En France, près de 28 % de la population sont encore aujourd’hui consommateurs de cigarettes. Si la tendance se maintient, le tabac devrait tuer un milliard d’hommes et de femmes au cours du XXIe siècle.



    - Notez les statistiques mentionnés dans cette vidéo

    - Faites des recherches sur la consommation du tabac dans votre pays d'origine et comparez ces chiffres avec les statistiques en France.

    - Partagez vos observations avec la classe.

    Regardez le tableau ci-contre qui montre les raisons pour lesquelles les jeunes avouent fumer. Lisez et répondez aux questions.


    6.2.2o

    Cette image résume les raisons de fumer invoquées par les écoliers et écolières de 15 ans en 2006. Données sur la base de 787 filles et garçons qui disaient avoir fumé une fois dans les 12 mois précédant l’enquête.

    Au début, la consommation est toujours occasionnelle ou se fait à titre d’essai. Or, s’agissant de tabac, le risque encouru est déjà important: car entre deux ou trois bouffées «pour voir» et la dépendance, il n’y a qu’un pas. Chaque cigarette est nocive et il n’en faut pas plus de quelques-unes pour que s’installe une addiction à la nicotine. Par la suite, la consommation est due à d’autres facteurs :

    • Qu’est-ce qui influence le comportement des jeunes vis-à-vis de la cigarette ?
    • Quel rôle joue le mimétisme ?
    • Dans une société de non-fumeur peut-on fumer pour se démarquer de certaines normes ?
    • Dans le contexte scolaire la pression des pairs est-elle importante ?

    Un grand nombre d’études ont montré que la cigarette à l’écran représente un facteur de risque indéniable pour l’apparition de la consommation de tabac déjà dans l’enfance et à l’adolescence. Elles mettent en évidence que plus les jeunes sont exposés au tabagisme des vedettes, plus ils ont tendance à fumer aussi.

    Qu'en pensez-vous?

    Addictions : les jeunes Français de plus en plus accros aux drogues dures

    Site:Pourquoi docteur par Matilde Debry 10.06.2018

    Une vaste enquête réalisée auprès de 1000 jeunes* par la Fondation pour l’innovation politique, le Fonds actions addictions et la fondation Gabriel-Péri, démontre que les jeunes Français sont de plus en plus friands de drogues dures.


    Ecstasy, cocaïne, GHB et MDMA

    Les drogues dures, d’abord. 3% des 14-17 ans déclarent avoir déjà consommé des produits hautement dangereux comme de l’ecstasy, de la cocaïne, du GHB et de la MDMA. La proportion grimpe à 5% parmi les 18-24 ans. Dans cette classe d’âge, ils sont 3% à en consommer au moins une fois par semaine. "L'augmentation de la consommation des drogues festives qui apparaît plus du double que dans les enquêtes habituelles, suscite une inquiétude particulière", estime, à juste titre, le président du Fonds Actions Addictions, Michel Reynaud.

    Comme pour le cannabis, entre milieu rural et milieu urbain, il existe des écarts significatifs de consommation pour la consommation de drogues dures : 2% des jeunes vivant en milieu rural ont déjà testé ces produits, alors qu’ils sont 4% dans les villes de plus de 100 000 habitants et... 10% en agglomération parisienne !

    Augmentation "préoccupante" des overdoses létales

    Rien que pour la cocaïne, particulièrement répandue chez les jeunes Parisiens, une surconsammation peut entraîner des troubles cardiaques, une dépression respiratoire ou des convulsions. À long terme, la consommation soutenue de cocaïne peut aussi causer un épuisement de la réserve en neurotransmetteurs de l'usager, qui risque d'avoir de la difficulté à ressentir du plaisir (anhédonie).

    La cocaïne est aussi la drogue qui occasionne le plus de décès par surdosage. Plus globalement, l’Observatoire Européen des Drogues et des Toxicomanies (OEDT) note pour les années 2015-2016 une augmentation "préoccupante" des overdoses létales liées à la consommation de drogues dures en Europe, et ce pour la troisième année consécutive.

    Des résultats "inquiétants"

    Concernant le tabac, plus le revenu mensuel net du foyer est bas, plus le pourcentage de jeunes qui fument plusieurs fois par jour est élevé (21% en dessous de 1 250 euros, 17% entre 1 251 et 2 000 euros, 13% entre 2 001 et 3 000 euros, 12% au-dessus de 3 000 euros).

    Les niveaux de consommation de drogues dures, d'utilisation des écrans, d'alcool, de tabac, de cannabis et de jeux vidéo par les jeunes français de 14 à 24 ans sont tous jugés "inquiétants", conclut le rapport.

    *Ont été interrogés 1 000 jeunes de 14 à 24 ans et deux autres échantillons représentatifs : F2 005 adultes de 18 ans et plus, et 402 parents d'enfants de 14 à 24 ans.


    Complétez cet exercices à trou qui porte sur la consommation de la drogue

    Exercice à trou


    Légaliser, dépénaliser ou non le cannabis

    Le Monde -Par Pierre Breteau Publié le 13 avril 2016

    Le Canada a légalisé le cannabis, devenant le deuxième pays au monde à en autoriser la consommation et la vente à titre récréatif.

    En France, la consommation est passible d’un an de prison ferme et de 3 750 euros d’amende, une loi aussi ancienne – elle date de 1970 – qu’inappliquée.

    Le débat autour du cannabis n’est pas nouveau, il est presque aussi ancien que la loi du 31 décembre 1970 « relative aux mesures sanitaires de lutte contre la toxicomanie ».

    En Europe, les Pays-Bas ont largement dépénalisé et encadré la vente et la consommation du cannabis en 1976, d’autres pays comme l’Espagne, la Belgique et le Portugal tolèrent la consommation et la détention, voire la production.

    De nombreuses études se sont penchées sur l'efficacité du cannabis thérapeutique et de ses composés, dont le THC. Voici 10 bénéfices du cannabis souvent évoqués.

    • Le cannabis préviendrait les crises d’épilepsie
    • Du cannabis limite les effets secondaires des chimiothérapies
    • Le cannabis serait utile contre la dépression
    • Du cannabis aide à lutter contre les douleurs chroniques
    • Le cannabis limiterait la progression de la maladie d’Alzheimer et du Parkinson
    • Le cannabis aurait des propriétés anticancers


    La consommation du cannabis peut poser un risque de santé. Les conséquences sur les plans social et psychologique sont parfois très lourdes. Les effets psychiques avérés de la consommation de cannabis sont :

    • Les palpitations lié à l’augmentation du rythme cardiaque
    • Un gonflement des vaisseaux sanguins.
    • Une diminution de la salivation
    • Une baisse du taux de sucre sanguin.
    • Une diminution de la mémoire immédiate et de la concentration
    • La perte de motivation (scolaire, sociale, physique...)
    • L’anxiété, la panique et un terrain plus propice à la dépression.
    • Le cancer du poumon et de la gorge
    • Les accidents: La marijuana fait perdre le sens des réalités aux consommateurs.


    Consultez ce site et regardez cette vidéo, puis faites l'activité proposée:


    En classe, en groupe de 5 étudiants, animez un débat sur le sujet de la dépénalisation ou la légalisation du cannabis(2 étudiants "pour" v/s 2 étudiants "contre" et un étudiant pourra arbitrer les deux équipes).

    Pistes de discussion:

    • Qu'entend-on par "dépénalisation"?
    • Quelles sont les impliquations sanitaires et économiques de la légalisation ou de la dépénalisation?
    • Est-ce que la marijuana est plus dangereuse que la cigarette et l'alcool?
    • A quel âge devront-on pouvoir en consommer?


    Complétez cette compréhension orale du site RFI savoirs qui parle de la légalisation du cannabis au Canada.

     


    Fiche de travail


    Corrigé et Transcription



  3. Production Écrite NM: Rédigez un texte à l’usage des élèves de votre école pour les sensibiliser face aux dangers liés à la consommation de drogues douces et dures. Donnez leur des conseils pour éviter de tomber dans le tabagisme et l'alcoolisme.

    Choisissez un des textes suivants: Courrier des lecteurs - Directives - Dépliant

  4. Compréhension Écrite: Un texte qui évoque les addictions chez les jeunes.

  5. Les addictions 
    Corrigé
  6. Compréhension Orale:

    • Entraînez-vous à l'épreuve de compréhension orale avec cet exercice.
    • Lisez d'abord les questions. Puis, écoutez une première fois l'extrait de ce reportage de RFI à l'occasion de la "Journée mondiale sans tabac".
    • Répondez ensuite aux questions. Écoutez une seconde fois l'enregistrement et prenez 5 minutes pour compléter vos réponses.

     

    Fiche de l'apprenant


    Corrigé et Transcription


  7. Oral Individuel NM: Regardez cette image et faites une présentation de 3 – 4 minutes 

  8. 6.2.2a


CAS

Dans le cadre d’une campagne anti-tabac dans votre école vous lancez un concours d’affiches anti tabac. Le comité organisateur discutera d’abord cette question préalable : une campagne anti-tabac doit elle être choc ? Faut-il mettre en place une campagne basée sur la peur ?

Déterminez en suite les critères d’évaluation des affiches participant au concours.


Profil de l'apprenant

Equilibré et Informé

L’apprenant réfléchit aux causes des abus dans la société et s’informe sur les dangers qde la consommation des substances altérantes.

Vocabulaire thématique
  • défonce
  • addiction
  • addictologies
  • dépendance
  • déni
  • dérive
  • abus
  • toxicomane
  • toxicomanie
  • accro
  • cigarette
  • clope (fam.)
  • addiction
  • dépendance
  • bouffée
  • mégot
  • mimétisme
  • pression du groupe
  • tabagisme
  • nicotine
  • fumeur
  • non-fumeurs
  • endroits publics
  • cigarette électronique
  • interdiction de fumer
Last modified: Thursday, 19 November 2020, 2:59 AM